24 mai 2018

Exil et asile

Une est la saison et une est l'année

Porte du fruit terre des morts
Poussière et sable dans les yeux des vivants
L'orgueil comme rose de sang dans les bouches d'ivoire

Une est la saison et une est l'année

Elles sont quatre les ailes du soir
Les ailes de la nuit noire dans les yeux des vivants
Elles vrombissent comme abeilles de sang dans le jasmin d'ivoire

Une est la saison et une est l'année

Porte des morts dans la nuit de lait
Poussière des morts neige des vivants
L'hiver comme caillot de sang sur la terre d'ivoire

Une est la saison et une est l'année

Elles sont quatre les portes du soir
Porte d'or et porte de sang portes des morts et des vivants
Elles claquent comme orage de sang dans les dômes d'ivoire

Une est la saison et une est l'année

28 avril 2018

La Fenêtre, Leonard Cohen, Traduction Régis Gronoff 2018

Pourquoi te tiens-tu à la fenêtre
Abandonné à beauté et orgueil
L'épine de la nuit dans ton sein
La lance de l'âge dans ton flanc
Perdu dans les rages du parfum
Perdu dans les haillons du remord
Perdu dans les vagues d'un mal
Qui relâche les haut nerfs d'argent

Oh amour élu, Oh amour gelé
Oh écheveau de matière et d'esprit
Oh bien-aimé des anges, des démons et des saints
Et de toute la foule des cœurs brisés
Dompte cette âme

Et paraît du nuage d'inconnaissance
Et baise la joue de la lune
La Nouvelle Jérusalem resplendissante
Pourquoi tarder toute la nuit dans la ruine
Et ne laisse nulle parole d'inconfort
Et ne laisse nul observateur endeuillé
Mais monte sur tes larmes et fais silence
Comme une rose sur son échelle d'épines

Oh amour élu, Oh amour gelé
Oh écheveau de matière et d'esprit
Oh bien-aimé des anges, des démons et des saints
Et de toute la foule des cœurs brisés
Dompte cette âme

Puis dépose ta rose sur le feu
Le feu laisse place au soleil
Le soleil cède à la splendeur
Dans les bras du Saint Très Haut
Car le Saint rêve d'une lettre
Rêve de la mort d'une lettre
Oh béni soit le bégaiement continu
Du verbe qui se fait chair

Oh amour élu, Oh amour gelé
Oh écheveau de matière et d'esprit
Oh bien-aimé des anges, des démons et des saints
Et de toute la foule des cœurs brisés
Dompte cette âme