20 avril 2011

Rituel

J'ai couru près des incandescences laiteuses,
vêtu d'acacia et de myrte au sanctuaire
où ton chant se mêlait aux volutes mielleuses
où tes cheveux descendaient sur les ors somptuaires
de la table de marbre où l'agneau saignait.

La vieille aux yeux morts porte la soupe de grain
au pied du petit lit où sèche du jasmin
Kallistô! dit un prêtre aux mains soignées.
Une mésange ivre volette entre les colonnes,
le thrène monte, une clameur, les tambours tonnent.

Dehors, loin de la ville, un vol de mésanges
tes cheveux rasés fumant encor sur la braise
ton sang, mélangé aux crachats, convoque un ange -

Et l'ange vient, ses yeux fous te font antichrèse,
vêtue de branches et de boue au sanctuaire
tu cours près des incandescences mortuaires:

Ton enfant mort sur son petit lit de pierre -
L'encens fume dans la couronne de jasmin
Du sel de tes yeux, du sang de tes mains

Ni cri, ni coups, ni gémissement, ni prière
Mais dans ta main le couteau bleu du sacrifice
Il est temps - arrache tes yeux, mère sans fils!

Un ange fou - une mésange ? Feu, sang et sel!
Le prêtre entre à l'autel où les yeux s'amoncellent.

J'ai couru près de toi, enfant revigoré,
tandis que tes yeux les mésanges picoraient.

Aucun commentaire: