17 juin 2011

Blade Runner

Étant un lecteur assidu de Philip K. Dick j'ai toujours éprouvé un sentiment mêlé vis à vis de ce film. De son propre aveu, Ridley Scott ne comprenait pas la thématique de l'androïde chez PKD (comme simulacre de conscience), et c'est avec ironie que James Cameron "l'expliquera" dans Aliens avec le personnage de Bishop. Dans le roman par exemple, il n'existe physiquement que deux modèles d'androïdes: un mâle et une femelle, comme les poupées Ken et Barbie. Ainsi lorsque Rachael tente d'expliquer son individualité à Deckard (qui vient de liquider Pris qui, dans le roman, est physiquement identique à Rachael) et de lui faire croire à un sentiment amoureux, celui-ci n'en a absolument pas cure et la termine sans arrière-pensées avant de retourner à ses moutons... électriques.

Donc Scott a dû se chercher, élaborer sa propre thématique du réplicant, ce qu'il a fait par tâtonnements l'obligeant à remonter son film trois fois. En ce sens le film est bancal et insatisfaisant, même dans son montage définitif. Mais quelle beauté! Non, ce n'est pas l'histoire de Philip K. Dick, mais c'est assurément son univers! Et bien mieux que dans la vision de Spielberg avec Minority Report. Nous sommes bien dans cette dystopie glauque où règne le junk, la camelote. Les jouets de Sebastian, certes, ne poussent pas le métamorphisme des simulacres jusqu'au degré où PKD l'a poussé, avec par exemple un téléviseur qui est en réalité un tueur à gages androïde. En ce sens il reste encore au moins un film à faire.

L'androïde est une camelote du consumérisme, un produit de l'obsolescence planifiée comme nos gadgets électroniques hi-techs. Deckard les termine comme les concepteurs de nos mp3 et de nos smartphones le font en empêchant de remplacer la batterie.
Nexus 6 doit mourir parce que. Parce qu'il faut lancer la gamme Nexus 7, et c'est tout! Et Roy Batty peut bien entonner sa tirade finale, elle n'émeut pas plus Deckard que les derniers mots d'Hal 9000 ne touchent Bowman dans 2001. Roy Batty (modèle Nexus 6 mâle obsolète) doit être jeté à la casse parce qu'il ne vaut plus rien. Ça ne vous rappelle rien ? Le super-PC dernier cri d'il y a trois ans ? Le téléviseur HD de l'année dernière ?

Aucun commentaire: