06 janvier 2013

Qu'un dieu nous émerveille...

Qu'un dieu nous émerveille
Et nous le cherchons à perte
Jusque dans l'ombre de nos morts.

Qu'un homme nous étonne
Et nous l'interrogeons comme un coupable
Ou le tuons de nos silences verbeux.

Mais de honte ou de paresse
Nul alors ne cherche l'ombre d'un dieu
Ni l'écho de ses grands morts.

Aucun commentaire: