11 janvier 2013

Sonnet

Ô Terre ! Légère comme ma tombe ! Tes enfants
Nus au visage de calcaire, rires amers
Et larmes de cire fragiles comme un faon
Aigres larmes sur tes joues qui font la mer -

La mer riante sous le ciel, filles bénies
Sous le soleil d'aube que teinte un grand nuage,
Soleil naissant des futures hiérophanies,
Filles cuivrées en liquation de ressuage -

L'argent qui s'écoule écrit des noms insensés,
Mer riante sous le ciel, poème élancé
Dans le vol épars et sauvage du Grand Labbe,

Brun' cicatrice sous mon manteau de syllabes
Que des larmes de cire peinent à cacher
Dans l'extase sanglante trop tôt tranchée.

Aucun commentaire: