05 janvier 2014

Et toi, lent flocon parmi l'azur

Et toi, lent flocon parmi l'azur,
Ballant doucement vers ma gerçure,
De la mer issu et aux astres pareil,
Tairas-tu jusqu'à mon oreille
Le sort de la rose qui, naguère
Près l'ombre du cyprès où fut une guerre,
Souriait la rosée et incendiait les abeilles
D'une ardeur pareille aux flammes vermeilles ?

Rosée de cristal en l'azur glacé,
Neige sur la tombe de qui fut,
D'où vient ta clarté, et d'où
La joie enfantine de ton ballet ?
L'épanchement des roses est bien passé
Et plus l'amant éconduit n'effleure leur refus:
La rose a menti mais vous, flocons si doux,
Ébauchez pour ma tombe le dôme d'un palais.




Aucun commentaire: