24 avril 2014

Éclats de stridences éparses

Île-cierge en nudité adolescente
un parjure serait comme la goutte glacée
accident qui fige la fragilité
dans le tremblement de ta flamme pour toujours éteinte.

*

Le reflet de la sœur morte
dans la fenêtre qui s'ouvrait sur l'hiver
son cadre en éclats dont la glace couvre les fractures
seule provision de chaleur dans ta mémoire tremblante.

*

Des heures tonnent dans la pénombre
ce n'est même plus une guerre.

*

Dans cette chasse-là
l'oiseau et la balle endeuillent l'éclair
et la salive poisse comme de la craie.

*

Hirsute et sale
un enfant triste
ne regarde rien.

*

Quand tu n'as rien à te faire pardonner
l'or lui-même est désargenté.

*

La cloche du village sonne les heures
Dieu a oublié d'arrêter l'horloge.

*

Pomme sur la poitrine d'un mort
Le thé refroidit sur la table presque mise
L'enfant regarde un livre au titre étranger.

Aucun commentaire: