04 juin 2014

Lacrimosa

Rien plus rien jamais n'apaisera,
Ne consolera ni réjouira
Celui dont le pied ose à grand-peine
Toucher la terre aux innombrables
Mâchoires des peuples qui clamaient
L'extase d'un mystère très saint.

L'à-naitre oublieux de tout, étrange
Tard venu blême, aveugle et criard
Bave un Ciel à tue-tête, moine frêle
Sous l'arbre aux sifflements de moineaux,
Enivré de veille funéraire,
Plainte inassouvie de la Morte.

Aucun commentaire: