23 juin 2014

L'information se divise en trois étages de signification: la source, la redondance et le bruit.

L'information se divise en trois étages de signification:
la source, la redondance et le bruit.
Le moyen de ne pas perdre la source d'information, c'est la redondance.
Par exemple vous sortez et votre compagne vous dit: "Tiens, ramène donc
du pain."
Information.
Vous: "Du pain ?"
Elle: "Oui, du pain, y en a presque plus."
Redondance qui confirme l'information.
Mais vous êtes au supermarché et il y a des promos en tête de gondole.
Vous regardez les promos pendant 1/4h, achetez ce qui vous attire le
plus ainsi que ce que vous aviez prévu.
Manque de pot: vous oubliez le pain.
Promos = bruit, qui a étouffé l'information "Acheter du pain".

L'internet aujourd'hui est marqué par une amplification sans précédent
du bruit au point de rendre la redondance in-signifiante, càd que la
redondance en vient à redonder du bruit et non de l'information qui
devient elle-même une part du bruit incapable d'en trancher le plan par
un fait d'intensité qui en causerait la redondance.
Par exemple une vidéo de 8s d'une vache qui meugle fait 8 millions de
vues sur Youtube en trois semaines tandis que le spectacle de Ghérasim
Luca lisant ses poèmes "Comment s'en sortir sans sortir" n'en totalise
que 6500 depuis trois ans.

Comment se déclenche le fait d'intensité qui cause la redondance de
l'information ? L'autorité, sive l'ordre.
On doit alors invoquer la notion de chaîne de commandement.
L'ordre lui-même est redondant: ne donnent des ordres que ceux qui ont
reçu l'ordre de donner des ordres: les gradés dans l'armée et la police,
les enseignants dans leur classe.
Ainsi l'adjudant ordonne aux soldats: "Ouvrez le feu !"
Mais c'est parce que l'adjudant a reçu l'ordre du capitaine d'aller sur
le terrain de combat avec ses soldats et d'y ouvrir le feu.
Le capitaine a reçu l'ordre du général de prendre ce terrain dans le
cadre d'une opération de stratégie plus étendue.
Le général a reçu l’ordre de l’état-major, qui a reçu l'ordre du
ministre, qui a reçu l'ordre, au choix:

a. du président, qui obéit à une injonction d'instances internationales
ou à des intérêts économiques ou stratégiques établis par des groupes
financiers.

b. du dictateur qui obéit à son délire psychotique (sa "mission") d'en
finir avec ses ennemis supposés ou réels.

Qu'en est-il donc de la redondance de l'ordre informatif au sein du
réseau informatique a-centré et démocratisé ?
Nous avons deux niveaux de redondance:

1. l'information et ses commentaires descendants: Un article d'agence de
presse commenté par un journaliste, et discuté par des lecteurs au fait
de l'actualité. Ça c'est de la redondance signifiante, qui renforce
l'information.

2. les commentaires ascendants et la rumeur: face aux commentaires
informés, ou parmi eux sans distinction, des lecteurs mus par des bruits
vont redonder ce bruit au sein même de la redondance informative.

a. Soit délibérément, par exemple pour affaiblir une information
concernant une source ennemie. C'est le cas des web-brigades.

b: soit pour des raisons relevant de la psychiatrie comme les théories
du complot: l'information est alors diluée dans une redondance de
rumeurs qui prennent plus d'importance que l'information-source, qui ne
devient alors qu'une illustration non-conclusive de la rumeur.

Exemples:
Les films de l'assassinat de Kennedy et de l'attaque du WTC.

Solution: Trouver un moyen de redonder l'information sans que la rumeur
ne puisse la recouvrir et l'anéantir en la déterritorialisant de sa
source et en la reterritorialisant comme illustration de ladite rumeur
(illustration qui ne peut jamais devenir une preuve dans le complexe
paranoïaque des redondeurs de rumeurs).
Le territoire de la rumeur étant un bruit actif (un "néant néantisant" à
la sauce Heidegger), une forme du nihilisme actif surtout lorsqu'il est
renforcé par l'action contaminatrice de web-brigades, il faut trouver un
moyen de suractiver la source en amont de toute redondance, sans
pourtant revenir au modèle de pouvoir centralisé d'avant l'internet.

J'essaie d'élaborer un jeu de concepts tels que:
- la frontière comme médiane
- le fourmillement aux frontières
- le système comme œuf ou comme temple fermé de structure cristalline.
- la porosité ou la capillarité comme moyens de passer la frontière du
système
dont je n'ai pas encore établi la valeur de pertinence et qui restent
donc expérimentaux à ce stade.

Aucun commentaire: