21 juin 2014

Tellement

Tellement
tellement éprises
qu'elles mentent et prises
prises dans les chaînes
dans les enchaînements
les chaînes les chaînes mentent
les chênes d'hiver
les chênes sans glands
les chaînes à mon cou
à mon cou sanglant
les chaînes mentent à mon cou sanglant
dire l'hiver et les brises
tellement les brises mentent
les chaînes brisent mon cou
les chaînes brisent mon cou sanglant

Tellement
tellement d'arbres
tels qui mentent dans l'hiver
brise et moiteur sans fruits
sans bruits sans fuite
tellement d'hivers sans toi
tellement se meurent sans toit
sans toi éprise tellement
tellement sous le chêne
tellement au printemps
sous le chêne enchanté
chantons sans chaînes
parmi les glands sans cou sanglant
parmi l'humus hominibus

Tellement
tellement de toi tellement épris
sous le chêne petit homme
à ton cou j'attache une chaîne
une chaîne d'or et d'étoiles
tell'em tell'em tellement je t'aime
mes chaînes se brisent
dans les brises d'or de tes cheveux
je veux je veux de l'or
et les moiteurs d'oise près du chêne
où tu mourus.

Aucun commentaire: