29 septembre 2014

Je ne suis pas prédéterminé parce que le futur n'existe pas.

Je ne suis pas prédéterminé parce que le futur n'existe pas.
Aucune acception du possible et du virtuel ne permet de façon suffisante de prédire un seul événement à venir.
Tout ce que nous pouvons en dire, c'est que le réel et l'actuel émergent respectivement: du champ du possible, et du plan du virtuel.
A chaque instant (càd le présent qui est la seule réalité), le pas suivant est toujours le fait d'un choix entre au moins deux
possibilités, ou en quelque sorte (sive) trois - ce qui fit dire à Kierkegaard que l'existence est toujours parfaitement triviale : avancer, se tuer, ne rien faire.
Les existentialistes français y ajouteront la révolte, ce que Deleuze corrigera en expliquant que l'acte de résistance peut être, selon les circonstances, le choix libre de l'une de ces possibilités, le choix qui permet d'augmenter la vie, autrement dit le possible qui ouvre vers d'autres possibles et qu'il s'agit d'actualiser et de réaliser dans un acte de création qui peut impliquer le choix de la mort.

Aucun commentaire: