24 janvier 2015

Valeur des valeurs et accidents de parcours

L'estimation de la valeur d'un système de valeurs est affaire de pensée critique, ou philosophique. La création d'un système de valeurs, elle, est pré-critique - on peut dire qu'elle est naturelle ou naïve. Nietzsche parle de résolution de conflits d'instincts à l'origine des diverses tables de la Loi, soit qu'il s'agisse des instincts dominants dans une population du fait de sa situation (servitude débilitante de peuples soumis, conditions climatiques extrêmes, etc.), soit d'une culture de hiérarchisation des instincts en vue d'obtenir un type d'homme au sein d'une caste (Code de Manou dans l'Hindouisme).

En fonction des castes, la morale diffère. Des codes moraux peuvent - et même doivent: cf. Dumézil sur l'organisation quadripartite des sociétés indo-européennes, et le chapitre de Mille Plateaux sur les machines de guerre (Deleuze et Guattari) - promouvoir des instincts antagonistes. Ce qui est recherché à son plus haut point chez un type d'homme (la componction et la compassion sacerdotale par exemple) doit être domestiqué et débilité (comme le type de croisements qui donne naissance aux petits chiens de compagnie) chez l'homme noble, le type guerrier. Dans tous les cas c'est une forme particulière de grégarisme qui est recherché, celui où des hommes issus d'un même dressage recherchent quasi-exclusivement la compagnie de leurs pairs.

L'artiste et le philosophe, au sens moderne, est ainsi une anomalie de l'éducation par sélection. Celui qui ne jouit que de sa propre compagnie et de pairs qui ne sont pratiquement jamais ses contemporains ne se trouve que dans un type d'homme traditionnel: le satguru en Inde ou l'Ancien charismatique dans le christianisme byzantin.
Ils sont le seul cas socialement admis d'un heureux hasard de la sélection par dressage ascétique.
Le philosophe - et l'artiste créateur - ne s'en distinguent que par «l'impiété», càd le paradigme a-théologique de la science moderne. Autrement dit le code moral qui a permis leur émergence n'a pas pour eux le moindre titre d'autorité, ils le regardent comme un adolescent regarde ses jouets d'enfants, ne sachant pas ou plus ce qu'il pouvait bien y trouver naguère de si intéressant.

Aucun commentaire: