28 avril 2015

Le Christ qui vient

Il n'y a pas de Second Avènement : c'est le Premier Avènement qui revient encore et toujours, et qui répète à l'avance la tension, la puissance, l'intensité de l'attente du chevalier de la foi, qui se traduit par une résistance à ce qui passe comme répétition de l'instant de la domination de l'entropie qui fut la condition de l'émergence de la vie.
Le Christ qui vient est toujours le premier, certainement pas le monstre sanguinaire imaginé par Jean de Patmos, ni même le mythe vaporeux conçu par Paul de Tarse.
Les victimes ne seront pas vengées : elles ont été à jamais élevées par la puissance même de l'endurance à l'injustice jusqu'à la fin. Il n'y a pas d'autre récompense à la vertu que le fait de la vertu elle-même, qui est pure puissance.

Aucun commentaire: