06 décembre 2016

Hiver portant l'hiver

Hiver portant l'hiver, te voilà
Et l'ombre des grands chênes
Creusant les cicatrices de l'été
N'est pas plus noire que le cri muet
Des branches mortes que
Les oiseaux voyageurs ont désertées. 


Hiver portant l'hiver, me voici
Mon poids de mort en son cortège
Creusant les cicatrices de nos amours
N'est pas moins froid que la porte blanche
Des promesses de qui presque
Porta l'étoffe de nos chairs écartelées.

Aucun commentaire: